dimanche 23 septembre 2018

Parce qu'il manquait le plus important!


Dernièrement, je vous ai fait un petit suivi concernant les challenges auxquels je participais. Tout allait bien, jusqu'à ce que quelques minutes après avoir publié mon billet, je me rende compte que j'en avais oublié. Pourtant, je me garde des chroniques depuis le début de l'année pour les publier en novembre.


Oui, j'avais oublié de mentionner Québec en novembre, la honte! Pour me faire pardonner, je dirai simplement que j'ai déjà quelques chroniques rédigées. Bon, il reste à les mettre à l'ordi, mais pas question de les oublier.
L'an dernier, je disais dans mon bilan qu'il y avait certains contes/légendes qui étaient mentionnés et qui ne me disaient pas grand chose. J'ai donc sorti cette année Les grandes légendes québécoises de Gaston Gendron du fond de ma PAL, mais j'avoue que le style n'était pas celui qui me convenait le mieux. Au moins, j'aurai pu découvrir Le géant Beaupré, Alexis le trotteur, le rocher Percé et bien d'autres. Mais au niveau de l'écriture, ce n'était vraiment pas top.
Heureusement, ce n'est pas tous cette qualité d'écriture. Je vous parle de quelques romans que j'ai lus, mais que je ne chroniquerai pas de façon plus approfondie.
Pour Les enfants de Roches-Noires, tome 1: Ceux du fleuve de Anne-Michèle Lévesque, bien que ce soit un langage oral, et qu'il soit donc plus difficile d'y accrocher, on comprend que c'est bien le style souhaité, et on s'y fait assez rapidement, puisque, si ma mémoire est bonne, la narratrice est d'une région au début des années 1900. Il y a donc un côté historique qui m'a plu, et j'ai aimé voir l'évolution de ses relations.
Ensuite pour le tome 8 de la saga A.N.G.E., Periculum d'Anne Robillard, j'ai trouvé qu'il y avait plus d'actions, mais un peu trop de personnages selon moi, car je réalise qu'ils sont peu développés pour s'en faire une meilleure idée, exceptés leurs traits très distinctifs. Donc, il faut être très attentif pour se rappeler les liens, les seconds/tierces noms. Et on sent plus une réflexion sur la religion dans ce tome, à travers l'action.
Pour Charlotte Lavigne, tome 3: Cabernet sauvignon et shortcake aux fraises de Nathalie Roy, j'ai moins apprécié le début, car je trouvais que ça tournait un peu en rond, excepté lorsqu'il y avait des rebondissements, car ils m'ont semblé plus nombreux que dans les précédents tomes. Une agréable lecture au final.
Donc, ce ne sont pas les lectures que j'ai le plus appréciées, ni le moins dont je vous fait un petit commentaire ici. Il y aura entre autres La jeunesse en feu dont vous aurez la chronique en novembre. Juste pour vous intriguer, je disais quelque part à son propos : «sur ce sujet de maltraitance (bébé secoué) par le biais d'une policière également au prise avec une adolescente qui semble sombrer dans les gangs de rue».
Donc, pour patienter d'ici novembre, vous pouvez regarder par exemple mes chroniques sur L'orangeraie de Larry Tremblay, Comme un coup de poignard d'Ariane Charland, etc. Ou encore allez sur les blogs de Karine:) et de yueyin qui en sont les organisatrices et qui nous font des récaps du tonnerre où vous trouverez tout plein d'idées que vous pourrez découvrir pour le mois. N'hésitez pas à le joindre.
Sinon, j'ai mentionné qu'il en manquait au début. L'autre, il s'agit du Grand défi de littérature québécoise où je veux aller varier mes découvertes puisqu'il y a des catégories telles que les régions. Je sais que vu mon rythme de lecture, je ne serai pas la gagnante, mais j'essaierai d'aller piocher dans les catégories pour sortir de mes horizons.
Oui, vous pouvez rire, ce sont les challenges québécois que j'avais oublié de mentionner.
Donc, n'hésitez pas à joindre ces défis. PS, l'ambiance sur le groupe Facebook de Québec en novembre est toujours cool! Venez jaser avec... vos compatriotes françaises qui y sont déjà! belges, suisses également! Et nous aussi! 

«les signes par lesquels vais vous guider»

Le monde de Narnia: Le fauteuil d'argent par C.S.Lewis (The Chronicle of Narnia: The Silver Chair, 1953)
Littérature jeunesse, fantasy, littérature irlandaise (britannique)
Intégrale de Gallimard, 2010, 868 pages
Couverture: Cliff Nielsen
Illustrations: Pauline Baynes
+ :construction
- :survol
Thèmes:quête, amitié, entrave
Présentation: Jill, avec l'aide d'Eustache, se font confier la mission de retrouver un prince enlevé en suivant les consignes qu'Aslan leur a données.

Voilà, quatrième tome de Narnia que je lisais pour ma part (je suis l'ordre de publication originale, et non celle de l'intégrale), et je dirais que c'est sans doute celui que j'ai apprécié le plus pour l'instant.

J'ai trouvé que c'était celui où l'intrigue était la mieux construite puisqu'on sentait la quête des enfants. Bien sûr, les rebondissements ne son pas rocambolesques, mais les péripéties se suivent et on retrouve plusieurs personnages croisés auparavant.
De plus, j'ai beaucoup moins senti le côté moralisateur qui me dérangeait parfois précédemment, et j'ai l'impression, selon mon souvenir, d'avoir moins remarqué le parallèle avec la religion dans ce tome. Je crois aussi que le côté moralisateur est moins présent puisque les enfants ont vieilli et que, malgré leurs erreurs, ils jugent maintenant de leurs actes.
Bref, j'ai donc trouvé ce tome plus mature que les précédents et j'ai apprécié ma lecture.

Quelques citations

Parce que je participe à quelques challenges



samedi 22 septembre 2018

Évolution, adaptation!

Croc-Blanc par Jack London (White Fang, 1906)
Aventure, littérature américaine
Le livre de Poche, 2002, 288 pages
édition commentée par Pierre Croustillas
Couverture: Mary Evans Picture Library
Traduction: Daniel Albert-Kouraguine

+ :transformation
- :rebondissement
Thèmes:évolution, adaptation, nature
Présentation: On suit un louveteau qui va de maître en maître

Bon, je dois être une des seules qui ne connaissaient pas l'histoire de Croc-Blanc! Bon, je savais tout de même que c'était un chien-loup, mais de l'histoire, je me demande même si j'avais déjà vu une adaptation.
Donc, bien que j'appréciais le style, j'ai eu de la difficulté avec le début, car je me demandais quand allait arriver Croc-Blanc. J'avais même manqué abandonner ma lecture, mais heureusement, je ne l'ai pas fait et je n'ai donc pas tardé à rencontrer Croc-Blanc qui se pointait dans les pages suivantes.

Et j'ai apprécié suivre ses péripéties, voir comment il s'adaptait aux différents êtres, comment il s'organisait pour survivre.
J'ai donc bien aimé voir la théorie de l'évolution appliquée dans un cadre romanesque et qui faisait qu'on s'attachait à Croc-Blanc et qu'on appréciait ou détestait ses maîtres. En plus de l'évolution, ces changements nous montraient l'adaptation et le rôle de l'environnement dans celle-ci plutôt que de simplement affirmer que c'est le plus fort qui survit.
J'ai aussi apprécié le fait que Croc-Blanc pouvait voir des Dieux dans certains êtres, bienfaiteurs ou non, et j'ai aussi aimé voir certaines réflexions sur cette évolution et la façon qu'ont les humains de s'y intégrer.
Bien sûr, ce n'est pas le livre le plus fort en rebondissement, mais j'ai apprécié cette lecture de laquelle je doute qu'on en sorte sans être marqué.

Quelques citations
Pour Croc-Blanc, c'en était trop. Après tous ces mois où il avait régné en maître sur ses compagnons d'attelage, il lui était impossible de se dominer davantage et de ne pas réagir en voyant un autre dévorer la nourriture qui lui appartenait. Selon son habitude,  il attaqua sans préliminaire. 
Il ne se passa rien. Il continua d'observer avec un intérêt croissant, au point qu'il finit par en oublier de grogner. Et puis, il en oublia aussi d'avoir peur. À la longue, le bouillonnement de la vie avait eu raison de ses craintes tout en excitant sa curiosité. 
Parce que je participe à quelques challenges



Préceptes de vie

Le prophète par Khalil Gibran  (The Prophet, 1923)
Poésie, philosophie, littérature libanaise
Éditions Babel, 2004, 103 pages
Couverture: Khalil Gibran, Esquisse d'un dessin du visage du prophète
Traduction: Antoine Ghattas Karam

+ : sensibilité
- :convenu
Thèmes: connaissance de soi
Présentation: Le prophète répond aux gens qui lui demandent de parler de certains points de la vie.

Voilà un petit livre que je me suis procuré en début d'année, mais que je tardais à découvrir. J'ai donc profité de la semaine à sept livres pour le faire. Bien que j'ai apprécié ma lecture, je dois avouer qu'il ne m'en reste pas grand chose.

Je me souviens par contre très bien que je n'étais pas d'accord entre autres avec sa vision de la culpabilité au point que j'avais le goût de jeter le livre la fenêtre, parce qu'il disait que les assassinés étaient coupables du crime commis contre eux, et cette façon de voir me révolte toujours.
J'ai aussi trouvé que par moments, cela semblait être les 10 commandements écrits autrement. Cependant, pour la majorité des aspects de vie abordés, ce ne sont que le gros bons sens ou je réalisais que je devrais davantage adopter les principes suggérés.
J'ai apprécié l'écriture toute en légèreté, et la forme placée un peu à la façon des poèmes, ce qui m'a semblé renforcé le côté sensible.
Mais comme je vous le disais, j'ai l'impression qu'il ne m'en reste pas grand chose environ un mois plus tard, peut-être parce qu'en grande majorité, je ne pouvais qu'être d'accord. Ou peut-être que ses souvenirs se sont noyés dans ceux de la masse de cette semaine-là. Mais je crois qu'il faut au moins le lire une fois, ne serait-ce que pour être confronté à son point de vue et à nos attitudes.


Quelques citations
Quand l'amour vous appelle, suivez le,
bien que ses chemins soient raides et durs.
Et quand ses ailes vous enveloppent, livrez-vous à lui
quoique le glaive dissimulé dans ses plumes puisse vous blesser.
Et quand il vous parle, croyez en lui,
bien que sa voix puisse briser vos rêves comme le vent du nord dévaste le jardin.
Parce que je participe à quelques challenges

Challenge Poésies


samedi 15 septembre 2018

Cambriolages moqueurs!

Arsène Lupin, tome 1: Arsène Lupin gentleman cambrioleur par Maurice Leblanc (1907)
Policier, littérature française
Édition: Le livre de Poche, 1991, 283 pages
Couverture:

+ : nargue
- : «nouvelles»
Thèmes: vol, enquêtes, "gentleman"
Présentation: résumé succint

Alors, qui ne connaît pas Arsène Lupin? Je dois avouer que je ne le connaissais presque simplement que de nom, mais je crois me souvenir que nous avion étudié un texte (probablement le chapitre/nouvelle qui ouvre ce tome) en cinquième secondaire, mais j'en suis incertaine.

Je dois avouer que j'ai été dérouté par cette lecture puisqu'il y a eu des changements de narrateur qui m'ont surprise, mais on comprend rapidement que c'est parce qu'il s'agit plutôt en fait de nouvelles qui forment un tout. Donc, quand on s'attend à un roman, c'est plutôt déroutant.
J'ai aimé me demander qui était Arsène dans chacune des nouvelles, bien que ce soit facilement identifiable. J'ai aimé que le cambrioleur nargue les autres en plein sous leur nez, ce qui indirectement donnait une petite touche humoristique à la lecture.
Même si certaines nouvelles m'ont plu davantage, il n'y en a pas que j'ai détesté et j'ai aimé que ce tome se termine sur le fait que Lupin nargue Herlock Sholmes. Ça promet pour la suite!


Quelques citations
La hache tournoie dans l’air qui frémit, mais l’aile s’ouvre, et l’on va jusqu’à Dieu.
Lupin ne reste en prison que le temps qu'il lui plaît, et pas une minute de plus.
Parce que je participe à quelques challenges

Challenge Snakes & Ladders




vendredi 14 septembre 2018

Le germe de la révolte

Germinal par Émile Zola (Rougon-Macquart, tome 13)
Classique, littérature française
Maxi-Poche, 1993, 473 pages (Germinal, 1885)
Couverture: Affiche par Busnach

+ :"société dépeinte"
- :tertiaires
Thèmes:société, grève, conditions des ouvriers
Présentation: Étienne, sans travail, commence à travailler dans les mines et veut faire avancer les conditions de travail des charbonniers.

Zola est depuis longtemps dans ma liste d'auteurs à découvrir, et ce n'est que cette année avec cette lecture que je le découvre, et j'ai bien hâte de voir ces autres points de vue et de voir quels thématiques il aborde dans cette saga.

C'est donc grâce au challenge de Mypianocanta sur les Rougon-Macquart que je le découvre. Cela fait un moment que j'y suis inscrite, mais ce n'est qu'aux mois d'août-septembre que j'ai lus ce titre. J'avais lu le premier chapitre auparavant (mai), mais malgré un style qui partait pour me plaire, je l'avais remisé - je sais, c'est un crime - à cause de ma peur du pavé.
J'ai donc recommencé ma lecture en août et j'ai été enthousiasmé par celle-ci. Oui, c'est un classique, mais il ne faut pas en avoir peur puisqu'il dépeint avec justesse la réalité de l'époque dans un style qui est loin d'être ardu.
J'ai bien aimé voir la critique du système capitaliste sans qu'on sente un côté essai, comme c'est souvent le cas dans ce genre de critique. D'ailleurs, je crois que le chapitre 3 de la troisième partie est celui que j'ai apprécié le plus et c'est celui où on voit le plus les impacts du système.
Bien sûr, en plus de la critique, j'ai aimé les intrigues du récit, voir les «tourments» d'Étienne, sa vie dans les mines avec des descriptions qui font que nous avons l'impression d'être aux côtés des personnages, même si nous ne connaissons rien à la réalité des charbonniers.
Cependant, j'ai peut-être eu un peu de difficultés à me repérer dans des relations de certains personnages, mais il agissait de personnages tertiaires, donc cela ne m'a pas réellement nui: je manquais peut-être simplement de concentration lors de ma lecture.
Bref, vous comprenez que j'ai aimé ma découverte de l'auteur. J'ai bien hâte de voir ce que les autres me réservent. Merci My, sans ton challenge, j'aurais probablement encore tardé!

Quelques citations
On s'était fichu d'eux en les déclarant libres: oui, libres de crever de faim, ce dont ils ne se privaient guère. [...] Les enfants verraient sûrement cela, si les vieux ne le voyaient pas, car le siècle ne pouvait s'achever sans qu'il y eût une autre révolution, celle des ouvriers cette fois, un chambardement qui nettoierait la société du haut en bas, et qui la rebâtirait avec plus de propreté et de justice.
Mais, à présent, le mineur s'éveillait au fond, germait dans la terre ainsi qu'une vraie graine; et l'on verrait un matin ce qu'il pousserait au beau milieu des champs:  oui, il pousserait des hommes, une armée d'hommes qui rétabliraient la justice.
Parce que je participe à quelques challenges

Challenge Rougon-Macquart 
Challenge Snakes & Ladders
 qui s'est transformé en 

jeudi 13 septembre 2018

Jamais assez de challenges!


Coucou, à la mi-année, je faisais un point sur les challenges et je vous en présentais des nouveaux. Donc, je fais à nouveau un petit point sur ces challenges, et comme il y en a qui se sont terminés, il a fallu en trouver des nouveaux que je vous présente ici.

dimanche 12 août 2018

Ça avance, ça avance!

Dans mon dernier billet, je vous avais parlé que le mois de juillet serait consacré aux sagas dans mon cas puisque je participais entre autres à Objectif du mois et à Suite de sagas. J'avais donc fait quelques prévisions. Ai-je donc lu ce qui était prévu ou ai-je encore tout retourné en lisant autre chose? Voici ce qu'il en est. 
J'escomptais poursuivre Narnia de C.S. Lewis, pour lequel j'avais lancé 2 LCs. Faute de participations, j'ai décidé de ne lire que L'odyssée du passeur d'aurore, aussi parce que je trouvais cela un peu trop répétitif et que j'avais envie de lire autre chose. 
Tel que prévu, j'ai lu l'épisode 6 de La ligne verte de Stephen King pour terminer cette lecture. Une saga pour laquelle j'ai été ambivalente. Peut-être parce que je n'avais pas de surprise, ayant vu le film. 
J'avais prévu terminer Ewilan, mais je n'ai pas remis le nez dans cette saga. 
Tel que prévu, j'ai lu le tome 8 de A.N.G.E d'Anne Robillard., et maintenant le tome 9 a rejoint mes lectures à faire puisqu'emprunté ailleurs. Mais comme il a été emprunté qu'à la fin du mois, je n'ai pas eu le temps de le lire. 
Aussi, comme je vous l'avais mentionné, je n'arrêtais pas d'emprunter à différentes occasions Illusions de la saga Ailes d'Aprilynne Pike, et j'ai donc profité du challenge pour le découvrir. Les mêmes défauts que dans les tomes précédents ressortaient, mais il serait dommage de ne pas terminer la saga puisqu'il ne m'en reste plus qu'un à lire. 
Sinon, je vous avais parlé de Arsène Lupin, Le goût du bonheur et La trilogie berlinoise dans lequel j'aimerais mettre le nez si le temps me le permettait. Je ne leur ai pas touché puisque j'ai préféré prendre La jeunesse en feu ainsi que Charlotte Lavigne, tome 3 que j'avais également empruntés à quelques occasions sans les lire. Je n'aurais pas dû attendre pour La jeunesse en feu, car j'ai grandement apprécié ma lecture, au point que j'aimerais qu'il rejoigne l'autre livre de la saga (pour les sans-voix) que j'ai. Bref, Micheline Duff a été pour moi une belle découverte dans les dernières années. Pour Charlotte Lavigne de Nathalie Roy j'ai apprécié cette lecture dite légère. 
Cela m'a donc donné 39 points pour la catégorie Romans. 

Et j'avais mentionné que je voulais terminer la saga Les nombrils de Delaf et Dubuc. Je ne l'ai pas terminée, mais c'est parce qu'arrivé au bout du tome 7, j'ai bien compris qu'il y aurait une suite. Donc, ma lecture des tomes 3 à 7 m'a permis d'obtenir 37 points dans la catégorie BD. 

Bref, selon Livraddict, j'ai 121 sagas en cours, donc il me reste bien du boulot. Mais j'ai pu voir que j'avais bien progressé dans mes sagas au cours de ce mois de juillet, sachant qu'à cause des vacances, il y a même une semaine où je n'ai même pas lu 100 pages - je me demande même si j'avais atteint les 50. 
Il me reste toujours à venir mettre mes sagas à jour ici, et vu le temps que je consacre à la rédaction du blog, ça ne risque pas d'être pour tout de suite. Je chroniquerai peut-être Narnia lorsque j'aurai lu tous les tomes. Pour l'instant, je ne compte pas chroniquer La ligne verte ni Illusions. Je sais que je chroniquerai Les Nombrils pour novembre, et pour ce même mois, je chroniquerai probablement ANGE, Charlotte Lavigne, La jeunesse en feu. Peut-être aurai-je même terminai ces sagas, mais je ne me fais pas trop d'illusions. 
Quoiqu'il en soit, j'ai bien aimé faire un blitz de sagas, ça m'a donné une réelle sensation de progression, et je réitérerai sans doute l'expérience. Merci à cassie et systia pour l'organisation de leurs challenges. 

Membres, bienvenue!