vendredi 14 septembre 2018

Le germe de la révolte

Germinal par Émile Zola (Rougon-Macquart, tome 13)
Classique, littérature française
Maxi-Poche, 1993, 473 pages (Germinal, 1885)
Couverture: Affiche par Busnach

+ :"société dépeinte"
- :tertiaires
Thèmes:société, grève, conditions des ouvriers
Présentation: Étienne, sans travail, commence à travailler dans les mines et veut faire avancer les conditions de travail des charbonniers.

Zola est depuis longtemps dans ma liste d'auteurs à découvrir, et ce n'est que cette année avec cette lecture que je le découvre, et j'ai bien hâte de voir ces autres points de vue et de voir quels thématiques il aborde dans cette saga.

C'est donc grâce au challenge de Mypianocanta sur les Rougon-Macquart que je le découvre. Cela fait un moment que j'y suis inscrite, mais ce n'est qu'aux mois d'août-septembre que j'ai lus ce titre. J'avais lu le premier chapitre auparavant (mai), mais malgré un style qui partait pour me plaire, je l'avais remisé - je sais, c'est un crime - à cause de ma peur du pavé.
J'ai donc recommencé ma lecture en août et j'ai été enthousiasmé par celle-ci. Oui, c'est un classique, mais il ne faut pas en avoir peur puisqu'il dépeint avec justesse la réalité de l'époque dans un style qui est loin d'être ardu.
J'ai bien aimé voir la critique du système capitaliste sans qu'on sente un côté essai, comme c'est souvent le cas dans ce genre de critique. D'ailleurs, je crois que le chapitre 3 de la troisième partie est celui que j'ai apprécié le plus et c'est celui où on voit le plus les impacts du système.
Bien sûr, en plus de la critique, j'ai aimé les intrigues du récit, voir les «tourments» d'Étienne, sa vie dans les mines avec des descriptions qui font que nous avons l'impression d'être aux côtés des personnages, même si nous ne connaissons rien à la réalité des charbonniers.
Cependant, j'ai peut-être eu un peu de difficultés à me repérer dans des relations de certains personnages, mais il agissait de personnages tertiaires, donc cela ne m'a pas réellement nui: je manquais peut-être simplement de concentration lors de ma lecture.
Bref, vous comprenez que j'ai aimé ma découverte de l'auteur. J'ai bien hâte de voir ce que les autres me réservent. Merci My, sans ton challenge, j'aurais probablement encore tardé!

Quelques citations
On s'était fichu d'eux en les déclarant libres: oui, libres de crever de faim, ce dont ils ne se privaient guère. [...] Les enfants verraient sûrement cela, si les vieux ne le voyaient pas, car le siècle ne pouvait s'achever sans qu'il y eût une autre révolution, celle des ouvriers cette fois, un chambardement qui nettoierait la société du haut en bas, et qui la rebâtirait avec plus de propreté et de justice.
Mais, à présent, le mineur s'éveillait au fond, germait dans la terre ainsi qu'une vraie graine; et l'on verrait un matin ce qu'il pousserait au beau milieu des champs:  oui, il pousserait des hommes, une armée d'hommes qui rétabliraient la justice.
Parce que je participe à quelques challenges

Challenge Rougon-Macquart 
Challenge Snakes & Ladders
 qui s'est transformé en 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Une petite trace de votre passage me fera chaud au coeur :)

Note de décembre 2018: comme on m'a signalé des problèmes, si vous n'avez pas de confirmation de type " votre commentaire a été publié ", n'hésitez pas à me contacter via mes différents profils, j'aime les échanges. Et je n'ai malheureusement pas eu de réponse pour régler le problème sur le forum.

Membres, bienvenue!