jeudi 30 mai 2013

Il était des mots...

En avril, j'avais parlé d'un futur rendez-vous que j'aimerais lancé et où j'allais partager des citations. Oui, il existe déjà le mardi sur son 31 et un autre rendez-vous pour des citations, mais je veux que la citation ne soit pas nécessairement dans mon roman et je veux aller plus loin que des citations de roman, partageant des poèmes, des paroles de chanson, des proverbes, des pensées, des phrases célèbres! Bref, des mots qui seront plus ou moins longs selon l'envie au moment de la rédaction de l'article. De plus, j'aimerais que ces mots prêtent à discussion et que vous donnez votre opinion sur la citation ou, lorsqu'il y en aura, la question que je vous poserai en relation avec les mots. 
Lorsque j'en avais parlé, je n'avais aucune idée de titre pour ce rendez-vous, mais il m'est venu à l'idée Ces mots qui s'envolent, ces mots qui nous envolent, mais je trouvais cela trop long comme titre et j'ai fait appel sur la page Facebook à des propositions. Lady-Kora m'a proposé L'instant des mots que je ne trouvais pas assez percutant, mais je la remercie de sa proposition puisque, indirectement, elle a fait travaillé mon cerveau! Et c'est en pensant à un logo que j'ai pensé au titre du rendez-vous qui me convenait. Je tenais à un parchemin et j'ai pensé à Il était une fois et je me rappelais qu'il y avait mots dans la suggestion de Lady-Kora et c'est ainsi que j'ai pensé à Il était des mots, trouvant ainsi le titre du rendez-vous. Et je suis partie faire le logo par la suite (Malheureusement, en exportant avec la transparence, le parchemin prend une teinte plus orangée que beige et si vous savez comment retrouver le beige, faites-vous connaître!) que vous voyez ci-dessus.
Alors, trêve de blabla, et voici ce premier rendez-vous officiel de Il était des mots, que j'espère faire les jeudis et auquel vous êtes invités à vous joindre. La citation que je vous partage est extraite, pour cette semaine, de Portrait sépia d'Isabel Allende: 
J'écris pour élucider les vieux secrets de mon enfance, définir mon identité, créer ma propre légende. Finalement, la seule chose que nous possédons pleinement, c'est la mémoire que nous avons tissée. Chacun choisit le ton pour raconter sa propre histoire, moi je voudrais opter pour la clarté durable d'une impression au platine, mais rien dans mon destin ne possède cette lumineuse qualité. 
Et vous, lorsque vous écrivez, avez-vous ce sentiment? Et si vous n'écrivez pas, croyez-vous que vous l'auriez si vous vous y mettiez?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une petite trace de votre passage me fera chaud au coeur :)

Membres, bienvenue!