dimanche 18 novembre 2018

«Que je vaux la peine d'exister.»

Comme une chaleur de feu de camp par Amélie Panneton
Jeunesse, littérature québécoise
Hurtubise, 2017, 307 pages
Couverture: Annie Carbo

+ :proximité
- :western
Thèmes:adolescence, culture du viol, relations
Présentation: Emmanuelle suit des cours de natation et apprend à connaître Thomas quand tout bascule.

Recevant ce livre dans le cadre d'un swap, je ne savais pas trop à quoi m'attendre, mais je savais que ma swappeuse l'avait apprécié. J'étais bien contente de le recevoir puisque je crois que ce livre avait attiré mon regard en librairie, mais comme j'attendais un swap et que c'était québécois, je ne m'en étais pas approché pour éviter la tentation. Comme quoi le hasard fait bien les choses, surtout que j'ai apprécié cette lecture.

Le style d'écriture est léger, sans fioritures, mais laisse passer les émotions. On suit la narratrice, ses questionnements, ses angoisses adolescents, et on s'attache à elle. De plus, le fait que ce soit couplé avec des événements de viol amène encore plus de profondeur et de questionnement sur la société. La psychologie des personnages face à ces faits m'a paru tout à fait abouti.
On sent évoluer les personnages au gré de leurs relations, des rumeurs qui circulent parfois, des amitiés qui se tissent. De plus, j'ai aimé comment l'auteure a traité de la proximité du violeur dans l'entourage de l'héroïne, ce qui permettait d'aborder davantage de questions. Vu que cela se passe dans l'univers de la natation, je doute que cela soit une coïncidence vu les scandales des dernières années.
Je n'ai pas réussi à être convaincue par le western par contre. Même si j'aime toujours le country pour l'émotion qu'il laisse transparaître. J'essaierai d'aller écouter les titres mentionnés, voir si mon avis sur le western changera!
C'est une lecture que j'ai donc appréciée pour les émotions par lesquelles on traverse, et qui nous fait voir que malgré les situations, on ne doit pas tolérer l'inacceptable.

Quelques citations
Les lundis sont des hérissons qui se sont levés du mauvais côté du lit.
Chaque début de semaine, c'est ma conclusion : les lundis sont des hérissons. De petites choses qui s'impatientent toutes seules dans leur coin et qui se recroquevillent autour de leurs frustrations. Si vous essayez d'accomplir quoi que ce soit avec un lundi, il durcira ses épines. Il fera exprès de vous amocher le bout des doigts.
Parce que je participe à quelques challenges

Challenge Nuits étoilées 
 qui s'est transformé en 
Chronique rédigée pour 

7 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. La couverture est en effet très attirante !

    RépondreSupprimer
  3. Un roman qui me tente depuis un bon petit moment... il faut juste que je trouve un moment!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quoi, un livre québécois que j'ai lu avant toi et qui te tente?

      Supprimer
  4. Un roman que je ne connaissais pas et qui, je pense, n'est malheureusement plus mon style. La couverture est superbe cependant !

    RépondreSupprimer

Une petite trace de votre passage me fera chaud au coeur :)

P.S., si vous n'avez pas de compte Google, prenez une autre des options, car ça me fera plaisir d'échanger avec vous!

Membres, bienvenue!